Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BOLLYWOODME: L'UNIVERS DU CINÉMA INDIEN

"You Will Meet a Tall Dark Stranger" vu par le journal Le Monde...

26 Mai 2010 , Rédigé par Bollywoodme Publié dans #BOLLYWOODME

LEMONDE

Depuis l'époustouflant Match Point (2005), l'inspiration de Woody Allen a connu une baisse de régime, sans que ses admirateurs fervents ne perdent espoir de retrouver cette grâce et cet humour qui ont fait sa réputation. Que l'on chipote sur tel opus ou que l'on se réjouisse de tel autre, le cinéaste est de ceux auxquels l'indulgence est acquise. Peut-être parce qu'il reste fidèle à sa petite musique. On sait dès le générique, avec sa typo typée et son crooner jazzy, que le binoclard, désormais absent de sa distribution, nous replonge en terrain familier.

C'est un bon cru qu'il nous invite à savourer ici, reconduisant des figures et des thèmes déjà traités, dont celui de la mort qui guette et qu'il ne veut pas évoquer autrement qu'au prix de quelques pieds de nez : "Tu rencontreras le grand inconnu ténébreux que nous sommes tous destinés à rencontrer", lance un écrivain acariâtre pour se moquer de sa belle-mère qui consulte un médium.

Rescapée d'une tentative de suicide et de quelques séances de psychanalyse, Helena, la belle-mère en question, ne l'entend pas de cette oreille. Elle croit mordicus à cet homme providentiel qui la consolera d'avoir été plaquée par son mari, comme elle croit à toutes les sornettes que lui susurre sa diseuse de bonne aventure. Repoussant parallèlement la déprime par des massages et des verres de scotch.

Les illusions agissent-elles mieux que les remèdes ? C'est à partir de cette question que Woody Allen organise sa sarabande. Tous cherchent une renaissance. Les vieux angoissés par le passage du temps : croyance en la réincarnation pour Helena (magnifique Gemma Jones), remariage avec une bimbo et absorption de Viagra pour son ex-époux (Anthony Hopkins). Et les jeunes, englués dans la routine conjugale, soumis aux tentations adultères, aux démons de la réussite : la fille d'Helena (Naomi Watts) soupirant pour son patron, galeriste d'art (Antonio Banderas) ; son conjoint (Josh Brolin) publiant un roman volé à un autre et draguant une voisine (Freida Pinto).

Cette comédie sur l'insatisfaction joue plus sur les situations que sur les répliques. Les clins d'œil y sont de mise. A Hitchcock, lorsque l'écrivain prostré par son impuissance à écrire lorgne la fille d'en face... et, ayant déménagé chez elle, se met à fantasmer en voyant par la fenêtre son ex-femme se déshabiller. A Ophuls, via une projection sentimentale sur une paire de boucles d'oreilles. Le film se termine en queue de poisson. On en aurait volontiers repris une rasade.


Film américain de Woody Allen avec Gemma Jones, Josh Brolin, Naomi Watts, Anthony Hopkins, Antonio Banderas. (1 h 38.) Sortie le 6 octobre.

Jean-Luc Douin

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article